footixpeople

Le forum officiel des footix de Dailymotion !
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Google
Web Pages francophones France Answers Wikipedia



OOO Ajouter footixpeople dans vos favoris OOO



Partagez | 
 

 Football / Ligue 2 : de qui le Racing doit-il se méfier ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 30
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Football / Ligue 2 : de qui le Racing doit-il se méfier ?   Lun 22 Sep - 20:22

La résistance s'organise

Alors que le Racing mène grand train en tête de la Ligue 2 - dix-neuf points pris sur les vingt et un mis en jeu -, les poursuivants s'organisent pour combler leur retard. Revue de détails des principaux adversaires qui peuvent prétendre à une place sur le podium final, en mai prochain.

Strasbourg, Boulogne, Lens: cet instantané du trio de tête, à l'issue de la septième journée, donne une première indication sur les forces en présence.
Devenu l'équipe à battre, le Racing alsacien devra se méfier des deux formations du Pas-de-Calais, mais aussi des poursuivants immédiats, Ajaccio et Metz. Soit autant d'adversaires directs contre lesquels les hommes de Furlan n'ont pas encore joué. Le plus dur commence.

Des Boulonnais indéboulonnables


DEUXIÈME, 15 POINTS. - C'est la surprise de ce début de championnat. L'US Boulogne, portée disparue en fin de saison dernière, s'est invitée au bal des prétendants à la Ligue 1. En août dernier, personne n'aurait misé le moindre centime sur cette équipe revenue de nulle part, elle qui avait évité la relégation en National grâce à un but inscrit dans les arrêts de jeu de l'ultime journée.
A frôler la « mort » de si près, il faut croire que les hommes de Philippe Montanier se sont forgé un moral de conquérants. Les Boulonnais sont en tout cas les seuls à partager avec le Racing la série d'invincibilité qui court désormais sur sept journées. Leur principal fait d'arme est la victoire ramenée de Metz (1-2).
Sans forcément proposer un jeu emballant - si ce n'est contre Dijon (3-0 à la mi-temps) -, les Rouge et Noir font preuve de solidité et de réalisme. En dépit d'un budget riquiqui - 8M€ -, le club a su opérer un recrutement intelligent. L'apport de Lachor (ex-Lens) en défense, de Devaux (ex-Le Havre) au milieu et surtout de Blayac (ex-Cannes) en attaque, qui s'entend comme larron en foire avec Thil, a transfiguré l'équipe.
Dans la ville qui a vu grandir Franck Ribéry, le carré de fidèles supporteurs naît aux ambitions. Mais les dirigeants veulent raison garder. Les infrastructures désuètes, le manque de moyens financiers dans une région sinistrée et le faible soutien populaire - jamais plus de 5 000 spectateurs au stade de la Libération - interdisent de tirer des plans sur la comète. Encore moins si Thil, qui bénéficie toujours d'un bon de sortie, plie bagages d'ici à Noël. En attendant, les Boulonnais veulent s'accrocher à leur petit nuage de volupté.
Vient à la Meinau le 19 décembre, 18e journée

Lens monte en puissance


TROISIÈME, 15 POINTS. - A la faveur de son succès glané hier soir à Troyes (0-1, but de Monnet-Pacquet), le RC Lens remonte sur le podium. Le grandissime favori peine toutefois à assumer son statut et à trouver ses marques en L 2. Vannes et Metz ont déjà fait chuter les Sang et Or, qui sont loin de dégager une sérénité à toute épreuve.
Sur le papier, pourtant, la troupe de Jean-Guy Wallemme a tout pour séduire. Entre Runje, Demont, Maoulida et Kovasecic - appelé pour la première fois de la saison hier soir -, les joueurs d'expérience sont légion. Chelle, Doumeng ou Sartre sont venus renforcer un groupe taillé pour assurer une remontée immédiate.
Jusque-là, l'addition d'individualités n'a pas suffi à dégager une réelle cohésion. Dans l'Aube, Lens a peut-être franchi un pas, disputant certainement sa rencontre la plus aboutie depuis début août.
Reste à savoir comment Wallemme, à l'expérience limitée sur un banc, va gérer les coups de moins bien. Car la pression est bel et bien sur les épaules artésiennes. Si le Racing du Pas-de-Calais venait à échouer au pied du podium en mai prochain, c'est un cataclysme qui ébranlerait durablement les corons.
Vient à la Meinau le 31 octobre, 13e journée

Ajaccio tient le cap corse


QUATRIÈME, 14 POINTS. - A l'évocation des résultats de la 7e journée, vendredi dans les couloirs de la Meinau, Jean-Marc Furlan n'a pu réprimer un petit sourire. « Mieux vaut ne pas aller en Corse en cette saison, disait le coach du Racing. Ajaccio, c'est chouette au mois d'août, pour les vacances... »
Dans la cité impériale, le temps du farniente est révolu. Et les équipes qui se présentent à François-Coty passent une sale soirée. Vendredi, c'est Clermont qui a pris une dérouillée (5-1), trois semaines après que Vannes eût explosé en plein vol (4-0).
Naturellement, les hommes du revenant José Pasqualetti affichent le meilleur rendement offensif, avec seize buts inscrits. Au côté de Cheikh Diabatié - l'attaquant prêté par Bordeaux qui a rejoint Fanchone en tête du classement des buteurs avec six réalisations -, Viale et Darbion s'en donnent à coeur joie, alimentés par les vieux routiers de la L 2 que sont Asuar ou Mandrichi.
Tant et si bien que le Schilikois Thierry Debès passe des soirées relativement calmes entre les bois. Le début de saison en pente douce - 5 points sur 12 - qui avait coûté sa place à Gernot Rohr semble désormais oublié.
Les Ajacciens restent sur trois victoires de rang et commencent à rêver de la montée, trois ans après avoir quitté l'élite. A moins que l'hiver et le froid continental aient raison de la volonté corse, on devrait les retrouver en bonne place au printemps.
Reçoit le Racing le 24 octobre, 12e journée

Metz, terre hospitalière


CINQUIÈME, 14 POINTS. - Jusque-là, les Messins ont réalisé les principaux tours de force de ce début de saison. Vainqueurs, coup sur coup, à Montpellier (1-2) et à Lens (0-1), les hommes d'Yvon Pouliquen ont marqué les esprits. Le souci, c'est que les Grenats peuvent aussi passer à côté de leur sujet, comme ce fut le cas à Saint-Symphorien contre Boulogne (1-2) ou, vendredi dernier, face à Reims (0-0).
A l'image du Racing, Metz dispose toutefois d'une marge de progression a priori conséquente. Quand Johansen, Bessat et François seront à nouveau opérationnels, le milieu de terrain mosellan sera l'un des plus denses de la division. Et la concurrence avec Agouazi, Cardy, Rocchi et Barbosa devrait être source d'émulation collective.
En reconstituant la paire offensive Cissé - Gueye, redoutable lors de la dernière remontée voilà deux ans, Pouliquen paraît équipé pour les longues soirées d'hiver. D'autant que l'alternative Mendy n'est pas inintéressante.
Derrière, l'association Vivian - Chrysostome tient la route. Les attaquants adverses n'ont trompé la vigilance de Marichez qu'à quatre reprises. Bref, les Mosellans semblent avoir réuni les atouts pour figurer sur le podium final, en mai prochain.
Reçoit le Racing le 14 novembre, 15e journée

Ces endormis qui peuvent se réveiller


Dans le ventre mou du classement, il paraît aujourd'hui difficile de déceler un candidat sérieux à la montée. Les promus tourangeaux et vannetais, surprenants 6es et 7es (12 pts chacun), sont destinés à rentrer dans le rang.
Les hautes ambitions de Montpellier (9e, 10 pts) n'ont jusque-là pas trouvé de prolongement sur le terrain. Coach Courbis a même sauvé sa tête vendredi grâce à la victoire aux dépens de Sedan (3-1). Dans l'Hérault, le climat reste très instable, le président Nicollin soufflant régulièrement le chaud et le froid.
Bastia (8e, 11 pts), l'une des équipes les mieux rodées aux rudes joutes de la L 2, peut toujours espérer surgir du chapeau. Cette quatrième saison consécutive en L 2 n'a toutefois pas été abordée de manière optimale, en particulier à domicile, où Pierre-Yves André et les siens n'ont gagné qu'une seule fois.
Après avoir figuré sur le podium à la mi-août, Angers (10e, 9 pts) s'est essoufflé. Comme pour Troyes (16e, 6 pts), candidat recalé sur le fil l'an dernier, son regard devrait plus se porter vers le bas du classement, là où croupissent Guingamp, Nîmes et Reims.
Ces trois-là, au moins, ne constituent pas une menace pour les prétendants à la Ligue 1. Encore ne faudrait-il pas leur céder trop de points. Que c'est long et fastidieux, une saison en Ligue 2...


Séb.K.
Édition du Lun 22 sept. 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Football / Ligue 2 : de qui le Racing doit-il se méfier ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal Foot infos de la ligue d'auvergne de football
» Royal Football Club Tournai.
» [Ligue 1 - saison 2013/14] Le calendrier
» [Football] Ligue des Champions 2015/2016
» [Football] Ligue des Champions 2016-2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
footixpeople :: Football français :: Ligue 2 Orange :: Clubs de Ligue 2 :: Strasbourg-
Sauter vers:  
Ecoutez RMC Info Talk Sport ici =>


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit