footixpeople

Le forum officiel des footix de Dailymotion !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Strasbourg - Bastia

Aller en bas 
AuteurMessage
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Strasbourg - Bastia   Lun 11 Aoû - 21:38

VS

Ligue 2 - 3ème Journée
Vendredi 15 août 2008 - 20:30 - Stade de la Meinau

En direct sur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Mer 13 Aoû - 20:27

ANDRÉ DE RETOUR. - L'attaquant Pierre-Yves André, revenu de blessure, devrait être de retour dans le groupe bastiais vendredi. Ce qui n'est pas le cas de Malek Cherrad (auteur d'un but à Troyes lors de la 1ere journée), forfait pour le déplacement en Alsace en raison d'une élongation aux adducteurs. Fabrice Jau et le gardien Austin Ejide sont pour leur part toujours incertains.

ABSENTS. - Cohade (pubalgie), Paisley (fracture d'un orteil) et Gasmi (fracture de fatigue) sont toujours à l'arrêt. Ils ont été rejoints aux soins par Ekobo, touché lors de la rencontre face à Besançon avec la CFA et par Shereni, ménagé hier matin. Ce dernier devrait toutefois être opérationnel pour le match face à Bastia.

AMENDE. - La Ligue de football professionnel a infligé une amende de 1000 € au Racing pour les fumigènes allumés à la Meinau lors de la réception de Montpellier.

TACLE. - Pierre Ducrocq, suspendu pour le match de vendredi face à Bastia en raison de son expulsion à Dijon, a quitté l'entraînement avant ses coéquipiers, après un tacle un peu trop appuyé de Régis Gurtner lors d'une opposition.

JOHANSEN FIXÉ? - Pascal Johansen cherche toujours un club pour se relancer. La situation du Colmarien pourrait se décanter dans les jours qui viennent, Grenoble (L 1) et Metz (L 2) sont toujours sur les rangs.




Si Johansen va à Metz ... on va le tuer !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Jeu 14 Aoû - 19:00

HOMMAGE. - Un hommage sera rendu vendredi soir à François Remetter. L'ancien gardien de but du Racing (de 1946 à 1949 et de 1960 à 1964), international français à 26 reprises, vient de fêter ses 80 ans. Il sera reçu par le président Philippe Ginestet avant le match, puis donnera le coup d'envoi face à Bastia.

RETOURS. - Renaud Cohade a fait son retour sur les terrains. Blessé de longue date, il est en reprise progressive et a enfin touché le ballon. Il devrait rejoindre le groupe d'ici la semaine prochaine.
Shereni, ménagé en début de semaine, était lui aussi présent à l'entraînement hier matin et devrait être d'attaque pour la rencontre de vendredi. Paisley, Ducrocq et Gasmi sont pour leur part aux soins.

LE 9. - Steven Pelé portera finalement le numéro 9, seul numéro restant au Racing. Du jamais vu en défense centrale...

SÉLECTIONS. - Mamadou Bah a été retenu par Robert Nouzaret, le sélectionneur de la Guinée, pour jouer un match amical face à la Côte-d'Ivoire, le mercredi 20 août, en région parisienne. Zoltan Szelesi jouera pour sa part avec la Hongrie face au Monténégro, à Budapest.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Ven 15 Aoû - 10:47

La passe de trois ?

Auréolés de deux victoires et d'une première place, les Strasbourgeois peuvent aborder avec confiance le rendez-vous du soir, à la Meinau. En venant à bout de Bastia, ils s'accorderaient encore un peu plus d'avance.

Dans la moiteur estivale, qui peut parfois s'avérer toute relative dans nos contrées, certains partent en vacances, d'autres vont à la piscine, d'aucuns encore recherchent la fraîcheur sur quelques terrasses. Et puis il y a ceux pour qui cela ne change rien, si ce n'est une transpiration un peu plus inconfortable au quotidien ou un environnement un peu moins clément.
Les joueurs du Racing ont visiblement intégré cette dernière catégorie. En deux matches, Lacour, Cassard et leurs jeunes comparses ont décidé de ne pas traîner en route. Sur la pente descendante sans filet, depuis le 1er mars, ce qui les a finalement conduit à fréquenter pendant un an la Ligue 2, les voilà dans l'autre sens sur l'escalator.

« Le paradoxe, c'est que l'on n'est pas au mieux »


A l'heure des Jeux olympiques et de la reprise au sein de l'élite, on admettra que leurs retrouvailles avec le purgatoire ont été entourées d'un certain anonymat. Mais deux succès arrachés, à la force du jarret, ont au moins fait souffler un vent de fraîcheur sur la Meinau. A tel point que Jean-Marc Furlan n'a pas été loin d'apparenter la première d'il y a dix jours, face à Montpellier, à une forme d'accomplissement. « Dans la teneur, ce n'était sans doute pas un match de L 1, mais ce n'était pas un match de L 2 », soulignait hier l'entraîneur strasbourgeois.
En fait, cette victoire bienvenue pour tenter de tourner la page à la cauchemardesque série de onze défaites qui a clôturé l'exercice 2007-2008 est un peu à l'image d'un club. Ni membre incontestable de l'élite hexagonale depuis 2000 et sa première descente en huit ans, ni tout à fait à sa place à l'échelon inférieur où ses moyens semblent surdimensionnés.

Un nouveau test bien caractéristique de l'échelon


Ce matin, le Racing est en tête de son championnat. La solidité de sa position est toute relative. Un succès face à Bastia est indispensable pour la conforter. « Le paradoxe, c'est que l'on n'est pas au mieux, poursuit Jean-Marc Furlan. Je pense qu'on peut faire mieux. Mais après le foot. Il y a aussi une question d'harmonie entre les joueurs qui est hyper-importante. A chaque match, on se rend compte que l'important, c'est la volonté. A Dijon, je me demandais comment on allait ne pas en prendre trois en 1re mi-temps. Et puis on gagne. Au mois de janvier, je trouvais aussi que l'on n'était pas bien et on a pris huit points. Et puis après, c'était nettement mieux et on n'a plus rien gagné. »
Et le Racing est tombé. Et il doit songer, pendant neuf mois, à se relever. Avec ses six points glanés sur six possibles, il a plutôt bien entamé sa remontée. Mais on se souvient que pendant huit mois, il y a peu, il avait plutôt bien entamé son maintien. L'ombre du naufrage risque de rôder pendant un bon moment encore. « On continue de travailler sur ça, explique Mamadou Bah, lancé au coeur de la tempête voilà quelques mois, sorte de baromètre du niveau strasbourgeois depuis quinze jours. On est jeune, mais on sait aussi qu'il ne faut pas refaire les mêmes erreurs. Comme la réussite est là, il faut en profiter. »
Il s'agit donc d'en profiter aussi face à Bastia. Les hommes de Furlan se coltinent un nouveau test bien caractéristique de l'échelon. On se souvient que les Corses dans leur ensemble, du Sud et du Nord, faisaient partie des quatre équipes à avoir empêché la bande de Papin de faire carton plein à domicile voilà deux ans. Après Dijon et Le Havre et avant Ajaccio, le Racing avait été contraint au partage des points. Il s'en était même contenté.

Il sera a priori surtout question de sport. Il sera aussi un peu question de combat.


En décembre 2006, avec Pascal Camadini à la baguette, le Sporting Club avait plutôt brinquebalé un Racing où Othon disputait son premier match chez les pros. A dix après l'expulsion de Bellaïd, le club alsacien s'en était sorti à la faveur d'un penalty obtenu par Mathlouthi, tandis que quelques énergumènes en provenance de Feyenoord faisaient le coup de poing dans les tribunes.
Ce soir, il sera a priori surtout question de sport. Il sera aussi un peu question de combat. « J'ai joué là-bas, rappelle Furlan. Et je sais que le foot s'y appuie sur un don de soi, sur de la générosité. Il y aura peut-être des absents dans leur rang. Mais ce que je veux, c'est que face à un Bastia diminué ou une équipe en pleine forme, on réussisse à répéter un match comme celui de Montpellier. » On n'oubliera pas qu'il avait été malmené pendant vingt bonnes minutes l'autre soir, mais le Racing se remémore à l'envi cet instant où son destin a basculé. Trois points face à Bastia ne seraient pas loin de le convaincre que le plus dur fait partie de son passé.


François Namur
Édition du Ven 15 août 2008

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Ven 15 Aoû - 10:51

DÉFENSE « NEW LOOK ». - Jean-Marc Furlan va mettre en place une défense centrale totalement inédite en raison des absences conjuguées de Ducrocq (suspendu pour un match selon le verdict de la commission de discipline rendu hier) et Paisley (fracture au pied), ses titulaires désignés.
Sauf surprise de dernière minute, le coach ciel et blanc devrait titulariser la paire Pelé/Shereni. Un Shereni finalement préféré au jeune Weber, qui retrouve une place sur le banc. L'autre incertitude concerne le flanc gauche de la défense, où Othon comme Jean-Alain Fanchone peuvent jouer. « J'hésite car je suis satisfait des deux. Quentin est un joueur extrêmement sûr et Jean-Alain a fait un très bon match à Dijon », a simplement indiqué Furlan.

INCERTITUDES. - Furlan va mettre en place un système en 4-2-3-1, avec Lacour et Bah comme milieux défensifs. Plus d'incertitudes sur le nom des animateurs offensifs.
Côté droit, James Fanchone (3 buts) est assuré de commencer, tout comme Gargorov au poste de meneur. Côté gauche, Zenke, auteur d'un bon match à Dijon, est en balance avec Belghazouani. « Je ne sais pas encore quel joker je vais utiliser », a souligné Furlan à leur sujet.
Idem en ce qui concerne la pointe. Marcos, buteur à Dijon, a un léger avantage sur Rudy Carlier. « Rudy n'a pas démérité, mais en ce moment il a un coup de barre parce qu'il a commencé la préparation plus tard que les autres. Et le jeu de Marcos est très complémentaire de celui de Fanchone et Gargorov », a indiqué le coach des ciel et blanc.

RÉCUPÉRATEURS OUT. - L'équipe de Bastia n'est pas épargnée par les blessures. Au forfait de l'attaquant Cherrad (adducteurs), s'est ajouté celui du milieu récupérateur Cahuzac, qui s'est blessé à la cheville hier matin lors du dernier entraînement. Autre mauvaise nouvelle pour Bernard Casoni : son deuxième récupérateur habituel, Ghisolfi, est incertain en raison d'une blessure aux ischios. Mais les Corses pourront toutefois compter sur l'attaquant Pierre-Yves André (8 buts l'an dernier), de retour de blessure.


Barbara Schuster
Édition du Ven 15 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Sam 16 Aoû - 12:53

Score final :

1-0

Buteur :

R.Carlier (90e+2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Sam 16 Aoû - 13:04



Le capitaine Guillaume Lacour, intenable travailleur au milieu de terrain, et les siens ont arraché une troisième victoire consécutive au stade de la Meinau vendredi soir. (Photo DNA-Johanna Leguerre)


Le carton est toujours plein

Longtemps tenu en respect par le Sporting Club de Bastia, le Racing a arraché sa 3e victoire en autant de matches disputés en L2. Le but de Carlier dans les arrêts de jeu a concrétisé la domination alsacienne sur des débats agréables.
Ce n'est pas l'espace pour vendre un quelconque baril de lessive ou faire la promotion d'avantageux tarifs défiant toute concurrence. Mais avec son statut de cador de la Ligue2, forgé à la faveur de sorties estivales efficaces, le Racing mérite un coup d'oeil ces temps-ci.
Après la venue de Montpellier, on a pu assister à une agréable partie de football, pour la 2e à la Meinau de la saison. Entre un temps doux, une opposition joueuse et une ambiance bon enfant, il y avait de quoi passer une soirée sympathique à suivre les pérégrinations strasbourgeoises en ce week-end du 15 août.

Une petite nouveauté à chacune des sorties strasbourgeoises

Il ne s'agit pas de mentir non plus et de décrire un spectacle époustouflant de tous les instants. Mais le Racing a le bon goût de réserver une petite nouveauté à chacune de ses sorties. Après avoir franchi la barrière des guichets qui continue visiblement de se montrer problématique au regard des files d'attente, on a ainsi pu découvrir une charnière centrale complètement inédite avec les deux derniers venus dans l'effectif. Steven Pelé a mis un temps à trouver ses marques en étant l'auteur de relances franchement douteuses pendant vingt minutes, quand Harlington Shereni n'a cessé d'impressionner.

Avec le Zimbabwéen venu de Nantes, Jean-Marc Furlan peut compter sur un nouveau guerrier pour partir à la guerre. On aura moins apprécié la première titularisation de Marcos, franchement quelconque après son entrée décisive à Dijon.

Mais avec les difficulté du Brésilien, c'est tout un secteur un peu juste pour concrétiser l'énorme volonté du reste de l'escouade qu'il conviendra de résoudre pour envisager une remontée en pente douce.

Le Racing aurait pu évacuer tous ces soucis offensifs s'il avait fait mouche d'entrée de jeu, mais Novaes, dans un style assez peu orthodoxe, tout au long de la rencontre, a dévié le tir des 20 mètres de Bah... sur son poteau (1ère). Et le duel a correspondu à un souci partagé de faire vivre le ballon et de remporter une agréable bataille technique.

Avec d'habiles tripoteurs de ballon comme Genest, Barthélémy et Ghisolfi, le Sporting Bastia n'était pas en reste. Le contre express, mené par le trio pré-cité et conclu par une frappe du dernier dans le petit filet de Cassard, a rappelé que le visiteur du soir ne débarquait pas sans ambition (22e).

Le banc est venu redonner un coup de fouet décisif

Une montée en régime dans la dernière ligne droite de la mi-temps a rassuré sur la démarche strasbourgeoise. Pelé a refait surface à la faveur de coups de tête qui ont rasé la cage bastiaise. Et le banc est venu redonner un coup de fouet décisif pour transformer la fin de ce 2e rendez-vous à domicile en copie conforme du premier.

Avec le métonymique Lacour au milieu, avec Belghazouani au relais de Zenke sur le côté gauche, avec le dominateur Shereni qui a bouclé à double tour la défense alsacienne, Bastia n'a eu d'autre alternative que de se consacrer à l'organisation de Fort Alamo. Les vagues Ciel et Blanc ont afflué sur le rivage corse, le Racing a flirté avec le penalty à moult reprises, Pelé (79e) ou Bah (81e) ont été contrés à bout portant, Marcos a tutoyé la transversale (82e).

Le Sporting a pensé avoir fait le plus dur et on a pensé que le dernier coup de chaud de ce vendredi a mis au prise quelques protagonistes du banc - Bouachera et Canosi en premier lieu. Et on a eu tort. Au bout des arrêts de jeu, un ultime assaut du jeune Fanchone a abouti à un maître centre dont avait déjà bénéficié dans les grandes largeurs le Racing à Dijon. A peine entré, tout de suite décisif, Carlier a repris de volée. Et Novaes s'est incliné.

Et le Racing se retrouve ce matin sur le toit de la L2, seul en tête, puisque Vannes a mordu la poussière, avec, pour éventuel compagnon d'ascension, le FC Metz qui se déplace à Amiens lundi. Des succès à l'arraché, un frère de parcours lorrain, cela ne vous rappelle rien? S'il est trop tôt pour s'enflammer, admettez que cela ressemble bigrement à 2006. Il ne reste plus qu'à poursuivre.

François Namur
Mis en ligne vendredi à 22h55


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Sam 16 Aoû - 14:11

RC Strasbourg / SC Bastia : 1 - 0

Avec deux victoires en deux matchs, le RC Strasbourg tenait bon la tête de la Ligue 2 et espérait la garder avec la réception du SC Bastia. Dès les premières secondes, les Alsaciens partaient à l'abordage, à l'image de Ba qui obligeait le gardien corse à dévier son tir sur son poteau. La délivrance intervenait à La Meinau dans les arrêts de jeu. Carlier, entré en jeu quelques secondes auparavant, trompait Noves le portier bastiais (1-0, 90+3). Avec cette victoire, la troisième en trois rencontres, Strasbourg prend seul la tête du classement de Ligue 2. Bastia recule à la douzième place.


La feuille de match

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Dim 17 Aoû - 22:48

Il fait grand bleu

Les Strasbourgeois ont enchaîné une 3e victoire d'affilée, vendredi soir, arrachée dans les arrêts de jeu. Au-delà du bilan comptable, le Racing affiche des forces rassurantes.

Il n'en démord pas. Jean-Marc Furlan le dit et l'a répété l'autre soir, quand il s'est agi de dresser le bilan après cette 3e victoire décrochée par les siens en trois matches de L 2 : « il faut être fort au mois de mai, c'est à ce moment-là que se décide la saison. »

« Une montée, c'est vingt victoires et six ou sept nuls »


On pourra toujours opposer quelques contre-exemples à la vérité du technicien. Quelque part, le Racing a entamé sa descente vers l'enfer de la L 2 bien avant le joli mois de main la saison passée.
Dans l'autre sens, s'il continue sur ses bases actuelles, il pourra achever sa saison en roue libre. Et les cinq ultimes rendez-vous de la saison qui ponctuent son dernier mois de la saison pourraient très bien s'apparenter à de belles et simples parties de plaisir.
Sur le parking de la Meinau, la voix sans doute éprouvée par le suspense, le président Philippe Ginestet a rappelé la marche à suivre. « Une montée, c'est vingt victoires et six ou sept nuls », a rappelé le numéro un du club.
On en est donc à trois. Au regard du scénario de ce triptyque de succès, envisager un printemps victorieux peut toutefois présenter quelques aspects présomptueux.
Le but de la victoire, inscrit par Rudy Carlier sur une imparable volée à la conclusion d'une merveille de centre de Jean-Alain Fanchone, est intervenu au bout des arrêts de jeu. Une semaine plus tôt, à Dijon, c'est vingt minutes de folie qui avaient fait basculer une affaire bien mal emmanchée. Et on se souvient que le match d'ouverture, face à Montpellier, avait apporté son lot de sueurs froides alsaciennes.

Un penalty oublié


Au final, la victoire du 15 août n'est pas loin de constituer la plus convaincante de la saison. Paradoxalement, elle n'a pas été loin d'être la plus nette. Car au-delà de la longueur de l'attente, le Racing a dominé de la tête et des épaules la dernière ligne droite de la rencontre.
Dans les rangs corses, même si Genest et Ghisolfi ont montré de jolies choses, le gardien Novaes a été incontestablement le meilleur élément en repoussant de nombreuses tentatives strasbourgeoises.
Après avoir accordé un penalty inexistant à Valenciennes face à St-Étienne le week-end dernier, M. Piccirillo a confirmé ses difficultés dans l'exercice en ayant oublié de sanctionner au moins une main bastiaise - celle de Maire - dans la surface.
On rappellera aussi que cette dernière sortie fructueuse a été réussie avec une défense centrale complètement «new look», en l'absence de Grégory Paisley (blessé) et de Pierre Ducrocq (suspendu), tandis que Renaud Cohade, sur le chemin d'un long retour de pubalgie, est toujours indisponible.

« Des remplaçants qui sont sur la pointe des pieds »


On constatera aussi que la lumière est une nouvelle fois venue du banc. Aux duos Zenke/Marcos face à Montpellier, puis Belghazouani/Marcos à Dijon, c'est l'activité de Belghazouani et l'efficacité de Carlier qui ont fait pencher la balance avant-hier.
« J'aime procéder à des changements en attaque parce que cela perturbe les défenses, explique Jean-Marc Furlan. J'avais aussi des solutions la saison passée. Mais Wason Renteria ou Éric Mouloungui n'en avaient pas grand-chose à faire de ce que je leur disais. Pour cette saison, il y a de la profondeur dans l'équipe, des remplaçants qui sont sur la pointe des pieds, dans les starting-blocks et qui savent qu'ils auront du temps de jeu. »
Entre rythme de croisière effréné, tendance souriante et quelques solutions en réserve, le Racing semble taillé pour les sommets de la L 2. Vendredi, à Brest, comme à chaque fois, il s'agira de confirmer. Jusqu'au mois de mai...


François Namur
Édition du Dim 17 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Dim 17 Aoû - 22:49



Carlier, monsieur joker


Face à une équipe corse bien en place, les Strasbourgeois ont du se montrer patients pour trouver la faille. Et peuvent dire merci à leur joker Rudy Carlier, entré à la 89e', auteur du seul but de la rencontre en toute fin de match.

CASSARD (). Le portier strasbourgeois a eu moins de travail qu'à Dijon, mais se pose toujours comme une assurance tout risque, comme lorsqu'il écarte, du bout des gants, ce centre tendu de Mendy pour Genest qui filait vers le but (75e').
SZELESI (). Petit à petit, le Hongrois trouve sa place dans le couloir droit et ses montées ont souvent permis aux Strasbourgeois de débloquer la situation. Sauve son camp, à la 43e', face à un Meniri resté aux avant-postes.
PELÉ (). Après quinze minutes de flottement, le défenseur formé au Mans a peu à peu trouvé ses marques au sein d'une défense complètement inédite. A ensuite fait honneur à son numéro 9 en se créant trois occasions nettes sur coups de pieds arrêtés. Deux têtes qui sont passées de peu à côté (34e', 73e') et un tir cadré, stoppé... de la main par Maire.
SHERENI (). Lui aussi a mis quelques minutes à prendre la mesure de ces nouveaux collègues. Mais après une première mi-temps sobre, le Zimbabwéen a écrasé la rencontre de son physique impressionnant, ne laissant aucune balle aérienne aux Bastiais et ratissant tout ce qui passait à l'entrée de la surface. Du lourd.
J.A. FANCHONE (). Le jeune latéral gauche a eu du mal en début de match face à la vivacité de Barthélémy, qui n'a cessé de combiner avec Genest et de perforer son couloir. Du mieux en seconde période, où JAF a été plus agressif dans les duels, avant d'offrir un centre au cordeau à Carlier sur le but strasbourgeois.
LACOUR (). Le milieu de terrain a beaucoup couru dans le vide en première mi-temps, en ayant du mal, comme ses coéquipiers, à trouver la clé du cadenas corse. Du mieux en seconde mi-temps, où le récupérateur s'est montré plus incisif.
BAH (). Le jeune milieu débute souvent mal ses matches. Face à Bastia, il ne lui a pourtant fallu que... 57 secondes pour se créer une première occasion, sur un centre repoussé de James Fanchone. A toutefois eu des difficultés à conserver la balle et ses relances ont parfois été hasardeuses.
ZENKE (). Titularisé côté gauche, le bulldozer strasbourgeois a été l'attaquant le plus en vue en première période. Mais malgré une débauche d'énergie folle, le Nigérian a été trop brouillon pour trouver la faille. Sa tête, sur un débordement de Szelesi (55e'), n'est toutefois pas passée loin. Remplacé par un Belghazouani très en jambes (57e', ), qui a donné le tournis à Dunjic.
GARGOROV (). Le Bulgare, pas épargné par son garde du corps Hassoun Camara, a prouvé qu'il avait toujours une patte intéressante, en offrant de bonnes balles sur corner comme sur coup franc. Manque d'un rien les filets adverses à la 58e', sur un centre parfait de Belghazouani. Remplacé par Carlier (89e'), qui n'a pas eu besoin de plus de trois minutes de jeu pour marquer le but de la victoire d'un plat du pied imparable.
FANCHONE (). L'ailier droit, excellent depuis le début de saison, a lui aussi eu du mal à trouver des solutions pour perforer un milieu corse fermé à double tour. Reste qu'il a fait un énorme boulot... défensif, sur les corners et coups francs adverses, grâce à un bon jeu de tête.
MARCOS (). Un peu transparent en début de rencontre, le Brésilien est souvent redescendu pour aider ses coéquipiers au milieu de terrain. Même s'il a eu du mal à tromper le vigilance de la paire Meniri/Maire, il a toutefois offert un bon centre à Zenke (39e'). Sa frappe lointaine en pivot (82e') aurait mérité meilleur sort.


Barbara Schuster
Édition du Dim 17 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   Lun 18 Aoû - 20:45

Résumé du match :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Strasbourg - Bastia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Strasbourg - Bastia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Strasbourg - Bastia
» Quand peut-on acheter les places pour Strasbourg-Bastia
» 8ème journée : Strasbourg -Bastia CA (1-0)
» Strasbourg Bastia
» Strasbourg-CA Bastia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
footixpeople :: Football français :: Ligue 2 Orange :: Archives championnat de L2 2008/2009 :: L2 journée 3-
Sauter vers:  
Ecoutez RMC Info Talk Sport ici =>


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit