footixpeople

Le forum officiel des footix de Dailymotion !
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Google
Web Pages francophones France Answers Wikipedia



OOO Ajouter footixpeople dans vos favoris OOO



Partagez | 
 

 Strasbourg - Montpellier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Strasbourg - Montpellier   Lun 28 Juil - 22:54

VS

Ligue 2 - 1ère Journée
Lundi 4 Août 2008 - 20:30 - Stade de la Meinau

En direct sur


Dernière édition par NeRoMe67 le Dim 3 Aoû - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Ven 1 Aoû - 20:30



RCS-Montpellier: Thiriez à la Meinau


A l'occasion du premier match de la saison de Ligue 2 au Stade de la Meinau, ce lundi soir (20h30), Frédéric Thiriez sera présent dans les tribunes strasbourgeoises.

Le Président de la LFP assistera à la rencontre aux côtés de Philippe Ginestet, Président du RCS.

Frédéric Thiriez et Philippe Ginestet devraient en profiter pour s'exprimer devant les journalistes présents et évoquer, notamment, le projet de l'EuroStadium.

http://www.rcstrasbourg.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Ven 1 Aoû - 20:31

Montpellier: Saïhi suspendu


Pour son match à la Meinau, ce lundi soir (20h30), Montpellier sera privé de son milieu de terrain Jamel Saïhi. Le joueur doit en effet purger un match de suspension lors de cette 1ère journée de la saison 2008-09 en raison d'une peine infligée à l'issue du dernier exercice.

Jamel Saïhi ne fera donc pas le déplacement à Strasbourg avec ses coéquipiers montpellierains. L'an passé, il avait été utilisé à 29 reprises par Rolland Courbis.

http://www.rcstrasbourg.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Dim 3 Aoû - 11:32



Montpellier veut décoller


Sous la férule de Rolland Courbis, le club héraultais ne se contente plus de son statut de gros bras de la L 2. A l'heure d'aborder une 5e saison dans ce championnat, il n'a qu'une idée en tête : la montée.

Entre Antigone, Méditerranée et Musée Fabre, on se plaît plus à traquer le siège en terrasse à l'ombre, place de la Comédie, ou à trouver un coin de plage où poser sa serviette ces temps-ci. Mais même à proximité d'un des littoraux les plus touristiques du monde, tous les porteurs d'un short et d'un maillot à manches courtes ne sont pas des vacanciers.
Il y en a qui sont footballeurs. Et il y en a qui n'ont plutôt pas intérêt à se laisser bercer par la léthargie estivale. Montpellier, son club de foot au budget de 16 millions d'euros, son stade de la Mosson, qui a accueilli la coupe du monde 98, et son truculent président Louis Nicollin en ont plein les bottes de la L 2. Ça fait quatre ans que le porte-étendard de l'Hérault a clôturé une saison parmi l'élite en dernière position. Et depuis, il végète dans son antichambre.

« Nous espérons monter, nous voulons monter »


A priori, ça n'a que trop duré. « C'est comme ça, on a décidé d'afficher nos ambitions, assume Rolland Courbis, l'inénarrable technicien aux commandes depuis un peu plus d'un an, star du microcosme médiatique. Nous espérons monter, nous voulons monter. » Quelques observateurs ont visiblement adhéré au discours officiel tenu du côté de la Mosson, le quartier-bastion du club montpelliérain.
L'Équipe n'a pas hésité à classer le premier adversaire du Racing parmi les trois favoris pour la remontée, quand le relégué alsacien n'émarge que dans la catégorie outsider. « On peut considérer que l'on est arrivé à maturité, poursuit le technicien de Montpellier. Le Havre est remonté au bout de cinq ans. Les années passent peut-être vite, mais là, pour le club, cela commence à faire long. Si la montée pouvait être cette année, on serait très content. » L'entraîneur se montre d'autant plus affirmé sur le sujet que sa volonté d'abandonner le banc pour une carrière exclusivement médiatique se fait toujours plus sensible : il n'est pas contre l'idée de mettre fin à son parcours d'entraîneur en sortant par la grande porte.

Une défense à cinq privilégiée


Il reste que sans fuir l'étiquette avantageuse, ce n'est pas l'heure du festival du tambour et de la trompette sur les bords du Lèze. « J'espère que d'avoir dit notre volonté de monter, cela ne va nous conduire à nous faire engueuler, précise Rolland Courbis. Ce qui est sûr, c'est que mon groupe a des qualités supérieures à celui de l'an dernier, avec des joueurs complémentaires. Maintenant, ce n'est pas pour ça que l'on va tout gagner » Dans l'effectif, on a équilibré la balance des arrivées et des départs en quantité. Le profil des joueurs sur les deux plateaux conduit à un bilan positif avec notamment les arrivées de Sahnoun et de Collin.
On ne fera néanmoins pas comme les autres dans les rangs montpelliérains, avec une défense à cinq privilégiée à l'occasion d'une préparation ponctuée de... deux matches amicaux (victoires face à Sète et le NK Zagreb). « C'est l'une des dernières équipes qui s'appuie sur un tel schéma défensif », constate Jean-Marc Furlan, à l'heure d'aborder le premier casse-tête de la saison.
Dans le camp d'en face, on édulcore le parti-pris. « Si, à trois minutes de la fin de la 38e journée, on se retrouve sur le podium, il est clair que l'on n'hésitera pas à envoyer le ballon en tribune », souligne l'entraîneur, sur la tête duquel plane une menace d'emprisonnement, suspendu à un pourvoi en cassation, dans l'affaire des malversations autour des transferts à l'Olympique de Marseille.
Néanmoins, le sursitaire ne manque pas de jouer la carte du petit clin d'oeil séducteur. « D'ailleurs, ça serait sympa que Montpellier et Strasbourg fêtent la montée ensemble sur ce dernier match, au mois de mai prochain, lâche-t-il en se souvenant de la provenance du coup de fil. Mais sur ce premier match, j'avoue que l'identité de l'adversaire m'importe peu. Dans un championnat, il faut jouer chaque équipe deux fois. C'est comme pour la coupe. On ne sait si le tirage est bon qu'après avoir joué le match. La saison passée, tout le monde était content de tomber sur Carquefou en coupe de France. » Cette saison, en tout cas, il ne semble pas pour lui déplaire de rendre visite à un concurrent supposé d'entrée. Sur ses rêves de renaissance, sur ses volontés de montée, à la faveur d'une virée dans l'Est, Montpellier en saura plus dès demain.


François Namur
Édition du Dim 3 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Dim 3 Aoû - 11:37



Une défense en chantier


La défense du Racing, amputée par les départs (Bellaïd, Dos Santos) et handicapée par les pépins physiques (Paisley, Weber), va passer un premier test d'envergure demain soir face à Montpellier.

Toute la semaine, Grégory Paisley a joué l'Arlésienne, suscitant les interrogations des habitués des terrains d'entraînement de la Krimmeri, qui le voyaient déjà occuper la case « forfait » pour la venue de Montpellier.
Mais le défenseur central, blessé à un orteil après un choc, devrait finalement tenir sa place demain soir. Ce qui ne sera pas le cas du jeune Anthony Weber, touché aux ischio-jambiers et d'ores et déjà forfait.
« Je n'ai pas d'inquiétudes pour lundi », explique Jean-Marc Furlan quand il évoque la titularisation de Paisley. Et même si l'absence du défenseur central s'est quelque peu prolongée, le coach se veut rassurant. « Greg ne s'est pas entraîné de la semaine, mais ce n'est pas contrariant. Pour un arrière central, c'est moins embêtant que pour un milieu qui doit beaucoup plus travailler son endurance », ajoute-t-il.
L'absence du patron désigné de la défense est néanmoins pénalisante dans la mesure où Paisley n'a pas pu peaufiner ses automatismes avec ses coéquipiers dans cette dernière ligne droite avant la reprise. Et si cela ne devrait pas poser de soucis majeurs pour évoluer à côté de son « pote » Pierre Ducrocq, ou encore de Zoltan Szelesi, il n'en est pas de même côté gauche, où Paisley devra composer avec le jeune Quentin Othon.

Quatuor variable


Mais là non plus, la situation n'inquiète pas Jean-Marc Furlan. « Quentin est international, il a une qualité technique haut de gamme et joue toujours dans la sécurité. C'est un garçon très sûr et l'an dernier, il a été l'un des meilleurs lors des matchs où il a joué, même si c'était au milieu de terrain ».
Quoi qu'il en soit, ce quatuor-là risque de toutes façons d'être sérieusement modifié dans les semaines à venir. Notamment parce que Jean-Marc Furlan n'a jamais caché son intention de recruter un arrière central expérimenté, pour permettre à Pierre Ducrocq de remonter d'un cran. Ce qui pourrait aussi être le cas de Quentin Othon si jamais Jean-Alain Fanchone explose côté gauche.
A droite, Zoltan Szelesi devrait par contre conserver son poste de titulaire tout au long de la saison. Un poste de latéral droit où il est le seul spécialiste au sein de l'effectif strasbourgeois, même si Eugène Ekobo et Guillaume Lacour ont déjà prouvé par le passé qu'ils pouvaient dépanner dans le couloir.

Le groupe
Jean-Marc Furlan a donné hier un groupe de 18 joueurs pour affronter Montpellier demain soir à la Meinau.
Le groupe : Cassard, Gurtner - Ducrocq, Ekobo, J.A. Fanchone, Othon, Paisley, Szelesi - Bah, Belghazouani, Damour, J. Fanchone, Gargorov, Lacour - Carlier, Marcos, Mathlouthi, Zenke.
Absents : Weber, Correia, Cohade, Abou (blessés), Sommer, Ekwé-Ebélé, Schneider, Gasmi, Yachir, Ledy (choix de l'entraîneur), Shereni (non qualifié)


Barbara Schuster
Édition du Dim 3 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Lun 4 Aoû - 20:41



Jean-Marc Furlan et son équipe font leur entrée, ce soir, dans le championnat de Ligue 2. Ils reçoivent un client sérieux à la montée: Montpellier. Un match à suivre en direct sur dn@udio et dna.fr (Photo archives dna)



Ce soir, en direct sur dna@udio et dna.fr

Lever de rideau sur le champion de Ligue 2 pour les hommes de Jean-Marc Furlan, ce soir, à 20h30, à La Meinau. Une entrée en matière qui s'annonce pour le moins difficile face à une formation de Montpellier qui s'est d'ors et déjà positionnée comme un prétendant sérieux à la montée.
Le Racing Club de Strasbourg fera ce soir, à 20h30, ses débuts dans le championnat de Ligue 2 sur sa pelouse de la Meinau. Les Alsaciens reçoivent un sacré client, en la personne de Montpellier. Après une préparation sans véritable faux-pas (zéro défaite), les partenaires de Stéphane Cassard affrontent dés la première journée, une formation héraultaise qui affiche clairement son intention de montée.


Une entame de championnat à bien négocier

Dans ce choc entre deux formations qui seront amenées à se disputer les premières places, le Racing devra s'appliquer à bien démarrer sa saison, en vue du déplacement, dés vendredi prochain, sur les terres de l'ambitieuse équipe de Dijon.



Deux façons de suivre le match en direct

Votre quotidien vous propose, pour la reprise du championnat, un dispositif exceptionnel pour suivre en direct les performances du Racing.

Tout d'abord, c'est une première, les DNA ont mis en place une web radio à écouter sur le site internet du journal. Retrouvez les commentaires de Matthieu Mondoloni et Patrick Schwertz en direct du stade de la Meinau sur dna.fr ou directement sur http://dnaudio.dna.fr/.

Autre possibilité: suivre le match sur le fil foot direct Ligue 2 sur le site dna.fr

Demain dans le cahier Sports des DNA retrouvez les analyses de nos journalistes sur le match Strasbourg - Montpellier
Mis en ligne à 18h30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Lun 4 Aoû - 20:45

Racing, c'est l'heure



Zoltan Szelesi et le Racing: ne pas trébucher d'entrée. (Photo DNA - Johanna Leguerre)


Les hommes de Jean-Marc Furlan font, ce soir (20h30), la clôture de la 1re journée de Ligue 2, en accueillant d'ambitieux Montpelliérains. Si le club travaille sur le moyen terme, les responsables du Racing connaissent trop son environnement sulfureux pour s'en contenter.
Dans le sillage d'un printemps d'humiliation, ponctué de onze défaites en autant de matches, il s'agit donc pour le Racing de se coltiner une nouvelle saison de L2, la troisième en six ans, la 13e de son histoire. L'antichambre de l'élite n'est donc pas une totale inconnue pour un club néanmoins plus habitué à fréquenter les cadors du foot français.
Mais avec son budget avantageux, le 2e à cet échelon, un stade d'une contenance de 28 000 places, qui en fait la 3e plus grande enceinte de la division - n'en déplaise aux obsessionnels de l'EuroStadium -, le Racing est naturellement candidat à la fréquentation de l'ascenseur dans l'autre sens. Il n'y a néanmoins que trois places dans le monte-charge et vingt candidats prêts à l'emprunter. Parce que tout second couteau rêve légitimement de participer à la vie de la plus précieuse des argenteries.

Une incroyable originalité de l'intersaison alsacienne


Le naufrage strasbourgeois évoqué plus haut s'est néanmoins déroulé dans des circonstances si particulières que l'héritage du jour pourrait contraindre le Racing de prendre l'escalier cette saison. D'ailleurs, on a décidé de faire original du côté de la Meinau pour solder le compte de l'exercice 2007-2008.
Non par la vente de joueurs, indispensable pour renflouer des caisses remplies de 11 à 12 millions d'euros en cet été à la faveur des transferts de Bellaïd, Gameiro, Schneiderlin et Mouloungui. La cure d'amaigrissement a judicieusement concernée des joueurs dont on ne savait que faire à l'instar de Gmamdia, qui restera l'un des historiques fiascos du XXIe siècle au Racing.
Non pas d'avantage dans l'identification de responsabilités sur le terrain. Pas toujours avec élégance d'ailleurs, Yacine Abdessadki, Pascal Johansen, voire Wason Renteria ont incarné, selon les responsables sportifs, les limites mentales et surtout collectives d'un groupe qui n'a plus existé depuis le 1er mars et une victoire au Mans.
Mais le maintien de l'entraîneur constitue une incroyable originalité de l'intersaison alsacienne et dans l'histoire d'un club qui a procédé à pas loin de soixante changements de techniciens, en soixante-cinq ans de professionnalisme. Quand Ivan Hasek avait remplacé à Yvon Pouliquen en 2001, quand Jacky Duguépéroux avait été dégommé au profit de Jean-Pierre Papin en 2006, Jean-Marc Furlan aura survécu à la tempête, comme Raymond Domenech reste à la tête des Bleus.
Il faut croire que le Racing a cédé à la mode fédérale. Comme pour l'équipe de France, des loups sont sortis du bois, mais, a priori, le président Philippe Ginestet a choisi de miser sur la faculté démontrée par son entraîneur de faire resurgir un club de limbes incertaines. Jean-Marc Furlan avait réussi à Troyes, là où Hadzibegic avait échoué. Mais, en Alsace, les discours de juillet invitent à constater une certaine fragilité du duo ou du moins des liens qui l'unit.
L'homme de terrain a été prié par l'homme d'argent de réduire la voilure. Le premier a brossé le constat d'un parcours miné par les états d'âme de quelques-uns, quand le second a décelé la défaillance de presque tous. On a édicté le dévoilement d'une carte jeune pleine de promesses, si Bah, Othon, Zenke ou encore Weber confirment leur capacité à franchir le cap.
Aujourd'hui, après Shereni, qui a signé vendredi mais ne sera pas qualifié ce soir, deux autres joueurs d'expérience sont attendus pour donner à l'ensemble plus d'arguments pour dominer le championnat. Cela ne paraît pas nécessairement très ordonné, mais cela ressemble tellement au Racing.
Le jour se lève donc sur une nouvelle saison dont la soirée doit inscrire quelques certitudes dans un panorama nébuleux. « J'ai le sentiment que l'on peut faire naître quelque chose, explique l'entraîneur, qui se refuse systématiquement à faire de la remontée le seul horizon à atteindre pour s'inscrire dans le moyen terme. Mon objectif est d'entraîner une équipe de Ligue 1. Mais j'ai le discours de l'entraîneur qui a perdu quatre ou cinq de ses meilleurs joueurs. Et j'ai la démarche de celui qui construit. »

Inconcevable de rendre un brouillon de match


Dans son analyse des exemples nancéien ou manceau notamment, l'impatience de ne pas fréquenter l'élite n'est pas la meilleure conseillère. De la même manière, des exigences de résultats immédiats ne constitueraient pas la panacée. « Le travail de la cellule de recrutement a permis de réduire le groupe, poursuit Furlan. Maintenant, il faut faire preuve d'expertise pour bien recruter et privilégier la démarche qui me semble la plus judicieuse : monter en puissance tout au long de la saison. »
Le discours se tient. Il se défend. Mais il ne saurait survivre trop longtemps à une série de couacs précoces dans la saison. Il paraît ainsi inconcevable de rendre un brouillon de match, tout à l'heure, à partir de 20h30, face à un candidat déclaré à la montée. La préparation et les sept matches amicaux sans défaite ne nourrissent pas à un optimisme béat. Ils n'entretiennent pas non plus une angoisse débordante par rapport à un championnat où seul Lens peut afficher des arguments intrinsèquement supérieurs à ceux du Racing. Montpellier, ses envies d'au-dessus en bandoulière, ne déboule pas en Alsace avec les moyens de faire les fiers-à-bras.
S'il a semblé sortir le parapluie en garantissant la validité de son projet à moyen terme et en programmant un premier bilan au bout de dix matches, Jean-Marc Furlan sait donc pertinemment qu'il ne pourra vivre le calque de sa précédente réussite en Ligue 2. A Troyes, en 2004, il avait débuté la saison avec quatre défaites en six matches. Semblable temps intermédiaire à la mi-septembre correspondrait quasi-assurément à un nouveau sacrifice de l'homme du banc.
On n'en est pas là, évidemment. On en est surtout à craindre un destin à la montpelliéraine. Animateur-agitateur du foot français au début des années 90 illuminé par une victoire en coupe de France, Montpellier entame sa 5e saison de L 2 d'affilée. Le club héraultais a manifesté de franches volontés de remonter en cette intersaison. Il devra batailler pour ne pas simplement correspondre à cette image d'Épinal un peu pathétique, marquée par un président caricatural, Louis Nicollin, et un entraîneur qui ne l'est pas moins. Avec pareille trajectoire, on nage dans l'eau trouble de la pitié. On peut sombrer progressivement dans le marais de l'indifférence.
Monument en péril, le Racing ne peut se considérer fondamentalement à l'abri de cette menace. La L 2 est peuplée de nombreux clubs à la recherche de leur passé, en quête d'un présent plus exaltant surtout. De Reims à Brest, en passant par Strasbourg, Montpellier, Nîmes, Metz, Bastia ou Lens, évoluer au 2e niveau national ne peut être qu'un purgatoire. Car on y est à la poursuite du paradis.
Pour emprunter le bon chemin, une victoire initiale ne peut faire de mal. Presque deux ans après jour pour jour, on espère que le Racing d'aujourd'hui peut compter sur une forme de réincarnation d'Arthur Boka. Juste avant de partir pour Stuttgart, le latéral ivoirien avait mis Montpellier à genou, le 8 août 2006, à la faveur d'un doublé. Cela donnait lieu à la première victoire strasbourgeoise pour son 3e match. Cela rétablissait la trajectoire brinquebalante d'un Racing d'abord perdu dans les flots de la L2, face à Dijon (0-0) et à Amiens (1-0). En décrochant un succès contre Montpellier ce soir, Jean-Marc Furlan et ses hommes feraient déjà un appréciable gain de points et de temps. En ces temps de rentrée incertaine, ce ne serait pas loin d'être inestimable.


François Namur
Édition du Lun 4 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Lun 4 Aoû - 20:47



Émil Gargorov, le maître à jouer du Racing, devrait livrer un beau duel à distance avec Abdelnasser Ouadah, le stratège montpelliérain. (Photo DNA - Laurent Réa)


La dernière séance

Devant une foule nombreuse, le Racing s'est consacré à sa dernière séance d'entraînement, hier après-midi. Il devrait s'aligner dans le schéma attendu, pour sa première de la saison tout à l'heure.
Une fois n'est pas coutume. Le Racing a attiré du monde pour ses ultimes réglages, hier, à l'ombre de la Meinau. Les UB90 avaient décidé de manifester leur soutien en assistant à l'ultime séance d'entraînement.
Les ultras strasbourgeois ont dû, dans un premier temps, prendre leur mal en patience, puisque les protégés de Jean-Marc Furlan ont pointé le bout du nez près d'une heure après l'horaire initialement prévu. Au programme, rien de révolutionnaire avec échauffement traditionnel et mise en route progressive.

On a frôlé la faute de goût


Alors que le président Ginestet et une partie de sa garde rapprochée assistaient à la séance, on a frôlé la faute de goût quand une séquence à... huis clos a été édictée pour peaufiner la mise en place. Le service d'ordre d'une demi-douzaine de personnes a veillé à une intimité toute relative puisque la configuration des lieux permet facilement de dépasser les haies entourant le 2e terrain d'entraînement.
D'ailleurs, qu'y avait-il à cacher ? Pas grand-chose puisque, comme l'entraîneur strasbourgeois l'a annoncé depuis une dizaine de jours, les titulaires face à Karlsruhe devraient l'être face à Montpellier. Cela correspond déjà à une information importante avec la présence de Grégory Paisley.
Touché au pied droit, le défenseur central a été ménagé tout au long de la semaine. « On passera au-dessus de la douleur », a-t-il lâché en quittant le terrain. Dès lors que Rudy Carlier a remporté la bataille concurrentielle sur le front de l'attaque et que Jean-Marc Furlan doit se passer de Cohade encore pour de nombreuses semaines et de Shereni pour quelques heures, on n'est pas loin d'un onze classique pour la première tout à l'heure face à Montpellier.

Ekobo et Mathlouthi sacrifiés


Le schéma organisé autour d'un meneur de jeu a la préférence de l'entraîneur du Racing depuis toujours. Il sera en vigueur autant que possible. En fait, les incertitudes concernaient les deux éléments écartés de la liste des 18 initialement composée.
Eugène Ekobo et Ali Mathlouthi ne participeront pas au bal d'inauguration du soir. A quoi leurs partenaires élus doivent-ils se préparer ?
Ayant limité les sorties héraultaises à deux matches amicaux, Rolland Courbis, qui doit faire sans Lacombe (contracture), Saïhi (suspendu) et son gardien titulaire, Jourdren, a entretenu un voile de mystère autour de ses intentions tactiques pour la saison à venir. Plutôt que la défense à cinq anticipée par le staff technique strasbourgeois, Montpellier devrait s'aligner à quatre derrière, Colin et le prometteur Yanganbiwa se disputant une place sur le flanc gauche.
Derrière un trio offensif, ils seront trois à se consacrer à la récupération du ballon dans les rangs visiteurs. A noter que dans une forme de miroir, on peut envisager un duel de n°10 à l'ancienne sur la pelouse de la Meinau, entre Abdelnasser Ouadah côté montpelliérain, longtemps sur les tablettes du... Racing dans un passé récent, et Émil Gargorov, à qui sont confiés les clefs du vaisseau amiral strasbourgeois.

Édition du Lun 4 août 2008

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Lun 4 Aoû - 20:51

1re journée du championnat de Ligue 2.

Coup d'envoi programmé à 20h30 (en direct sur Eurosport). Arbitrage de M. Lamarre.

Les équipes :
Racing : 16. Cassard - 15. Szelesi, Ducrocq, 22. Paisley, 27. Othon - 19. Lacour, 12. Bah - 17. J. Fanchone, 28. Gargorov, 10. Belghazouani - 29. Carlier.
Remplaçants : 1. Gurtner (g.), 26. Damour, 3. J.-A. Fanchone, 11. Marcos, 21. Zenke.

Montpellier : 30. Carasso - 2. Bocaly, 17. Carotti, 4. Dzodic, 25. Collin ou 3. Yanganbiwa - 6. Marveaux, 5. Sahnoun, 20. Costa ou 28. Deruda - 10. Ouadah - 11. Montano, 13. Camara.
Remplaçants : 1. Pionnier (g.), 3. Yanganbiwa ou 25. Collin, 28. Deruda ou 20. Costa, 26. Sabo, 18. Aït Fana.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Lun 4 Aoû - 23:22

Première victoire pour Strasbourg

Strasbourg 1 - 0 Montpellier

But de James Fanchone à 10min de la fin ...

Presque un hold-up cette victoire finalement, Montpellier aurait mérité le nul voir mieux ... mais c'est bien on commence bien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nasri-38
Participant
Participant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 311
Age : 24
Localisation : Isère
Club(s) préféré(s) : Marseille, Arsenal, Barca
Joueur(s) préféré(s) : Valbuena, Henry, Niang, Nasri, Koné
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Lun 4 Aoû - 23:35

il on eu chau les strasbourgois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valbuena38490.skyrock.com/
Raikko
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 991
Age : 24
Club(s) préféré(s) : Sochaux, Grenoble
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mar 5 Aoû - 11:24

N'énervez pas trop Rolland Courbis quand même! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mar 5 Aoû - 20:19



Emil Gargorov, ici entre les Montpelliérains Collin et Dzodic, a su tenir la baguette du jeu strasbourgeois hier soir. (Photo DNA - Cédric Joubert)


Un début de rédemption


Lors d'un match compliqué au possible, le Racing a eu un aperçu de ce qui risque de l'attendre pendant de longs mois. Sans céder au découragement, il a forcé la décision en fin de match pour décrocher un précieux succès.
Décidément, le Racing a choisi de faire original cette saison. Ayant conservé son entraîneur, en dépit de la relégation, il a entamé sa saison en décrochant les trois points. Lors des deux précédentes relégations, il n'avait pas réussi à le faire ni en 2001, au Havre (1-1), ni en 2006, contraint au partage des points face à Dijon.
On espère néanmoins que le verdict de la saison sera le même que lors des deux précédents purgatoires, avec une remontée vers la L 1, un an après l'avoir quittée. Mais il faut bien admettre que l'ambiance de la soirée, notamment à ses débuts, donnait l'impression que le club strasbourgeois était à sa place à cet échelon.
Alors que des milliers de spectateurs patientaient aux entrées du stade par la faute d'un nombre de guichets réduits, alors que l'austérité budgétaire était visiblement de mise en matière d'électricité puisque le panneau d'affichage restait désespérément vierge, Montpellier était le premier en route.
Le Racing bénéficiait d'une initiation express à un nouveau championnat. La bande à Courbis a clairement édicté le problème qui risque de se poser à celle de Furlan pendant des mois.
Yanganbiwa préféré à Sahnoun, c'est bien la défense à cinq longtemps pressentie qui servait de base arrière aux visiteurs. Un joyeux gang de trentenaires - Carotti, Dzodic et Collin - y imposait un impact physique et un savoir faire accumulé à coup de centaines de matches chez les pros.
Sur son côté droit, Bocaly jouait les poil-à-gratter. Et un trio tout feu tout flamme - Montano en puissance, Ouadah en technique, Camara à l'affût - incarnait la menace indispensable pour transformer le match en casse-tête pour les Strasbourgeois.

Le coaching payant de Furlan


Passé un quart d'heure à prendre ses marques, le Racing tentait de donner de la vie et de l'espoir aux débats. Par quelques jaillissement toniques, dans un souci de bouger comme de faire bouger le ballon, il montrait quelques arguments. Et peut-être ses limites aussi. « Avec notre gabarit, on doit avoir le ballon », soulignait Jean-Marc Furlan.
La fin de la première période était strasbourgeoise. Le début de la seconde se révélait nettement plus contrariante, avec une baisse de rythme sensible, une exposition aux contres montpelliérains et quelques approximations défensives. Furlan faisait appel à son banc. Et son coaching, souvent pourfendu la saison passée, était payant. « Depuis trois mois, j'étais l'idiot du village », en rigolait le coach. Zenke et Marcos ne l'auront pas transformé en génie, mais en technicien inspiré, soucieux de ménager ses armes fatales dans le « money time ».
Le «petit taureau» nigérian était l'auteur d'une entrée tonitruante et mettait au supplice chacun de ses vis-à-vis, le Brésilien jouait les points de fixation et toute une équipe se décidait à donner un ultime coup de collier pour ne pas se contenter d'un petit point logique jusqu'alors.
Pour rappeler que rien, cette saison, ne risque d'être comme avant, les coups de pied arrêtés, fort bien tirés tout au long de la rencontre, faisaient pencher la balance. Gargorov était à la baguette, Fanchone à la réception.
Et les 12 000 spectateurs de la Meinau pouvaient exulter. « Cette victoire va faire beaucoup de bien, mais j'espère que l'on aura pas dix-huit autres adversaires de cette qualité, concluait Jean-Marc Furlan. C'est l'audace de la jeunesse qui a payé. Cela va rassurer tout le monde et faire baisser la pression de l'environnement. »
Cela met surtout fin à un insupportable tunnel. Le Racing n'avait pas décroché de succès sur ses terres depuis le 8 février et l'accueil de St-Étienne. La fin d'un cauchemar. Le début d'une rédemption ?


François Namur

David Klein, 34 ans, à Niort la saison passée et actuellement au chômage, va rejoindre les rangs du Racing. Un accord de principe a été trouvé entre le joueur alsacien et le club strasbourgeois, où il a évolué jusqu'en 1998.

Édition du Mar 5 août 2008

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mar 5 Aoû - 20:20

Gargorov, le chef d'orchestre


Auteur d'une prestation solide, le Racing a su prendre son temps pour trouver la faille grâce à James Fanchone. Qui a profité d'un Gargorov très inspiré pour inscrire le but de la victoire sur corner.

CASSARD (). Un peu fébrile sur sa première sortie aérienne, le portier s'est vite remis dans le tempo, en gagnant, du pied, son face à face avec Camara (8e'). Et lors d'une fin de match très chaude, il a su garder - miraculeusement - les buts strasbourgeois inviolés.

SZELESI (). Souvent critiqué l'an dernier, le Hongrois a fait taire ses détracteurs hier soir, en effectuant une prestation propre et en apportant, quand il le pouvait, le surnombre dans le couloir droit.

DUCROCQ (). L'ancien parisien a parfois été pris de vitesse en contre attaque, comme son compère Paisley, il a compensé par sa hargne habituelle. Dommage que ses relances aient quelque peu manqué de précision.

PAISLEY (). Le défenseur central a bien fait son boulot, même s'il a parfois été débordé par la vitesse du poison nommé Montano. Mais comme à son habitude, il a compensé par un art du placement intact et une technique sans faille.

OTHON (). Jean-Marc Furlan lui avait demandé de ne prendre aucune risque et il a respecté les consignes à merveille, empêchant toute action de se développer dans son couloir. Et le plus petit gabarit du Racing a encore une fois prouvé que son talent, lui, était immense. En témoigne ce tir lointain qui trouvait la lucarne (10e'), détourné par Carrasso.

LACOUR (). L'increvable milieu de terrain, associé à Bah, a ratissé tout ce qui passait, nettoyant en bonne et due forme tout le milieu de terrain. Encore une fois indispensable.

BAH (). Titularisé en récupération aux côtés de Lacour, le Guinéen a fait parler son physique dans les duels, mais manque encore un peu de bouteille dans les combats aériens. Reste qu'il sait se montrer incisif dès qu'il passe à l'offensive.


BELGHAZOUANI (). Volontaire, le milieu de terrain a tenté des choses, permutant souvent avec Fanchone pour essayer de trouver la faille. Mais ses passes ont souvent été imprécises. Du mieux en seconde mi-temps, où il s'est montré plus efficace, obtenant quelques fautes intéressantes, comme ce coup franc bien placé (52e'). Remplacé par Marcos (62e').

GARGOROV (). Techniquement, il est au-dessus du lot et il l'a prouvé hier soir. Surtout quand il joue à une touche de balle, car ses passes en première intention ont souvent trouvé preneurs. Dommage qu'il rate le cadre lors de la meilleure action strasbourgeoise de la première mi-temps (11e'), où il se retrouve seul face à Carrasso. Remplacé Damour (89e').

FANCHONE (). Très en jambes dès l'entame et plutôt inspiré, l'ailier est bien entré dans son match. Et a été récompensé de ses efforts en toute fin de match en inscrivant de la tête, le but du 1-0 sur un service au cordeau de Gargorov sur corner.

CARLIER (). Face au mur Dzodic, il a eu toutes les peines du monde à passer, mais l'attaquant, seul en point, a eu le mérite de ne jamais abdiquer. Tentant, comme il pouvait, de jouer en pivot, sans toutefois réussir à se montrer dangereux. Remplacé par Zenke (62e').

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mar 5 Aoû - 20:22

RACING 1
MONTPELLIER 0


Stade de la Meinau. - Mi-temps : 0-0. Arbitre : M. Lamarre. 12 632 spectateurs. Temps doux. Pelouse en bon état.
Le but : Fanchone (81e')
Avertissements : Ducrocq (34e', tacle par derrière sur Montano) pour le Racing ; Deruda (65e', tacle par derrière sur Gargorov) pour Montpellier. Expulsion :

RACING : Cassard - Szelesi, Ducrocq, Paisley (cap.), Othon - Lacour, Bah - J. Fanchone, Gargorov (Damour 89e'), Belghazouani (Marcos 62e') - Carlier (Zenke 62e').

MONTPELLIER : Carrasso - Bocaly (Aït Fana 83e'), Carotti (cap.), Dzodic, Yanganbiwa, Collin - Marveaux, Costa - Ouadah (Deruda 46e') - Montano (Sabo 76e'), Camara.

8e' : ballon en profondeur de Ouadah pour Camara. A la faveur d'une bonne sortie, Cassard s'interpose dans les pieds de l'attaquant héraultais.
10e' : le Racing se procure trois occasions dans la même minute. Sur un corner repris des vingt mètres, Othon contraint Carrasso à la parade, puis Bah est contré à 10 mètres par la défense montpelliéraine. Enfin, bien lancé par Szelesi, Gargorov décoche un tir croisé du gauche qui longe le petit filet de Carrasso.
45e' : sur un contre rondement mené par Lacour, Carlier, décalé sur le côté droit, voit son centre contré. Mais Bah a suivi et déclenche une frappe que Carrasso stoppe sur sa ligne.
49e' : Gargorov assure une belle remise vers Belghazouani. A six mètres du but, le Franco-Marocain ne cadre pas sa tentative.
63e' : à la suite de divers cafouillages dans la relance, Cassard doit s'employer devant le milieu montpelliérain.
72e' : Marveaux se consacre à une longue chevauchée depuis le milieu de terrain, se retrouve dans la surface et décoche un centre que Ducrocq intercepte au premier poteau et n'est pas loin de prolonger dans son propre but.
78e' : Sabo déborde côté gauche, Cassard plonge dans les pieds de Camarra prêt à déclencher à bout portant. Sur le contre, Fanchone envoie au-dessus sa reprise d'un centre de Zenke.
80e' : sur un corner de Gargorov, Fanchone reprend de la tête, au premier poteau, Collin sauve sur sa ligne.
81e' : sur le corner qui suit, le ballon est plus aérien, mais Fanchone décolle et reprend le ballon d'une tête décroisée imparable.
86e' : sur un coup franc excentré de Collin, Carotti reprend au second poteau mais trop mollement pour véritablement mettre en danger Cassard qui bloque tranquillement.
90e' : de l'entrée de la surface, Fanchone décoche une lourde frappe qui contraint Carrasso à une parade décisive.


Fr.N.
Édition du Mar 5 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mar 5 Aoû - 21:02

But de Fanchone :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mar 5 Aoû - 22:54

Résumé du match :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeRoMe67
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2027
Age : 31
Localisation : Alsace
Club(s) préféré(s) : Strasbourg, Bayern Munich
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   Mer 6 Aoû - 18:54

Après la victoire du Racing face à Montpellier (1-0)



James Fanchone - à la lutte avec Garry Bocaly - a permis au Racing de prendre l'avantage grâce à une tête rageuse. Suffisant pour partir sur « de bonnes bases » pour cette saison de L 2. (Photo DNA - Cédric Joubert)


La fin de la spirale négative

En remportant son premier match de la saison face à Montpellier, le Racing est parti sur des bonnes bases en Ligue 2. Et a enfin effacé une traumatisante série de 11 défaites consécutives en championnat.

« Avec cette série de 11 défaites, on était en souffrance. Et avant de débuter ce match, on n'a pas pensé au championnat, on n'a pensé qu'à une chose : gagner ce match », lance Jean-Marc Furlan, quelques minutes après le coup de sifflet final.
Joie et soulagement, tels étaient donc les deux sentiments prédominants dans les vestiaires de la Meinau après ces débuts victorieux. Et si le coach strasbourgeois est loin de brader les trois points engrangés, la priorité était ailleurs lundi soir. Il fallait avant tout « interrompre cette spirale super négative », comme le résume Grégory Paisley.

« Devant, on a des joueurs avec beaucoup de créativité »


Avec ce petit but de James Fanchone - son premier à domicile - le Racing y est parvenu et qui plus est, en offrant une prestation plutôt correcte au vu de la solide opposition montpelliéraine mise en place par Rolland Courbis.
Avec des jeunes plutôt à leur avantage (Othon, Bah, Zenke), des anciens solides (Paisley, Cassard, Lacour) et un secteur offensif brouillon, mais assez inspiré. « Devant, on a des joueurs avec beaucoup de créativité, et en plus ils sont très complémentaires, estime Jean-Marc Furlan, James, Emil, Marcos, Rudy... ils aiment bien le jeu court et dynamique ».
Autre satisfaction, et pas des moindres : les Strasbourgeois ont enfin vaincu le signe indien sur coup de pied arrêté, véritable point noir la saison passée, où seul un but avait été inscrit de la sorte (par Éric Mouloungui, à Metz).
Une réussite qui ne doit rien à la chance selon Furlan : « Pour marquer ce genre de buts, il faut un spécialiste à la passe et un à la réception. Et avec Emil et James, j'ai deux excellents spécialistes ».

« Emil a vraiment envie de donner de bons ballons »


« Emil Gargorov a une bonne patte gauche et si tu demandes une balle, il la met où tu veux. Il a vraiment envie de donner de bons ballons », précise pour sa part James Fanchone, qui explique aussi sa tête victorieuse par une meilleure gestion tactique des corners.
« L'an dernier, je partais de loin et je devais être très près du premier poteau, pour jouer en déviation. Là, avec Marcos et Mamadou Bah, on était tous regroupés au milieu de la surface », ajoute encore l'ancien joueur du Mans.
Reste que même si la victoire est loin d'être imméritée, le Racing ne peut pas se reposer sur ses lauriers. Car face à Montpellier, les Strasbourgeois ont eu vingt minutes de flottement en seconde mi-temps. Moment choisi par Marveaux, Bocaly et Camara pour faire parler leur pointe de vitesse en contre attaque, Deruda bloquant toute offensive alsacienne.
« On rentre avec des regrets, analysait d'ailleurs Courbis, l'entraîneur de Montpellier après la rencontre, parce qu'on a fait des bonnes choses et prendre un but après deux occasions nettes pour nous, ça fait mal ».

« Il fallait bien que la chance tourne »


Mais si encaisser ce but au plus fort de leur domination a cassé le moral des Montpelliérains, « marquer contre le cours du jeu » (dixit Paisley) est une belle revanche sur le sort pour des Strasbourgeois, souvent malchanceux la saison passée.
« Onze défaites, c'était dur à digérer. Mais il fallait bien que la chance tourne. Et là avec cette victoire, on repart vraiment sur de bonnes bases pour cette saison de Ligue 2 », conclut Fanchone. Pourvu que ça dure...


Barbara Schuster
Édition du Mer 6 août 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Strasbourg - Montpellier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Strasbourg - Montpellier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TGV Le Havre - Roissy - Strasbourg
» [Ex] Magaye Gueye (Everton)
» Etoile Noire de Strasbourg
» 1970 STRASBOURG-PARIS 24 ème édition
» [Marathon de Montpellier 2004] CR d'Erik

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
footixpeople :: Football français :: Ligue 2 Orange :: Archives championnat de L2 2008/2009 :: L2 Journée 1-
Sauter vers:  
Ecoutez RMC Info Talk Sport ici =>


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit